GRANDS PRINCIPES DE L’OSTEOPATHIE


La globalité
En plus de prendre en compte les symptômes physiques décrits par le patient, l’ostéopathe s’intéresse avec la même importance à son mode de vie : à son environnement familial / professionnel, à son hygiène de vie (sommeil, alimentation, stress, sédentarité…) ainsi qu’à son histoire de vie (antécédents médicaux / chirurgicaux, traumatismes physiques / émotionnels…).

C’est donc tout cet ensemble qui définit la globalité du patient.


L’
unité du corps
Il y’a un lien et une interactivité entre les différentes structures corporelles.
De même qu’il demeure une unité entre le corps et l’esprit.


L’auto-régulation et l’auto-guérison
Le corps possède la capacité de s’auto-réguler – par différents systèmes neuro-hormonaux – et ainsi celle de s’auto-guérir. Comme par exemple avec les mécanismes de cicatrisation. L’ostéopathe ne fait qu’accompagner le patient en stimulant ses processus d’auto-régulation et d’auto-guérison.


La structure gouverne la fonction
Le corps humain est composé d’un ensemble de systèmes (circulatoire, digestif, urinaire, musculaire, neurologique…). Un tissu en dysfonction, c’est-à-dire en perte de mobilité, peut avoir une incidence sur le bon fonctionnement d’un système, et réciproquement.


La règle de l’artère
Elle explique que toute structure corporelle humaine a besoin d’une bonne vascularisation, ce qui lui permet de fonctionner normalement et convenablement.